Rébecca

Le pouvoir du silence

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc

Une école de police défigure un lieu séculaire et ses résidents.
 
Un colonel domine, avec la complicité de tous.
 
Comment rompre le silence ? Défaire les compromissions

et les complaisances ? Les injustices ?
 
Une jeune aspirante va se lever.
 
Son histoire est inspirée de fait réels.

Extrait :

Il se déclare dans l’embrasure. Surprise. 
    •    Rébecca ?
    •    Ebelsthian ? T’es pas à la marche ? Ils sont là ?
    •    Non. Personne. Tu fais quoi ? C’est quoi ce dossier ?
Rébecca tient entre ses doigts une chemise de classement ouverte qu’elle referme aussitôt et dissimule subrepticement dans le tiroir. 
    •    Rien.
Ebelsthian bougonne et fait demi-tour. Un tableau illuminé attire son attention. Il s’en approche. 
    •    C’est quoi, Rébecca, cette radiographie ?
Pose son index sur la légende.
    •    Bertil Roche. Enfoncement de la cage thoracique.
Rébecca se tient à l’écart et observe chaque réaction de son ancien camarade d’école. 
    •    Un accident ?
    •    Roche était aspirant dans la promotion précédente. Mais, il y a d’autres cas, regarde ici.
Ebelsthian feuillette les fiches médicales que lui présente Rébecca. Elle en profite pour retourner à ses dossiers. Chaque minute compte et elle sait que bientôt, les premiers instructeurs se pointeront.
    •    Véronique Latouché, déchirements de la rétine. Samuel Auger, commotion cérébrale. Grégoire Petit, étouffement. Béatrice Gaillot, hématome sous-dural.
    •    Ouais, mais bon, Rébecca… sortis du contexte… tu veux que je te dise quoi ? Tu exagères… On n’est pas au Club Med ici, c’est normal que dans une telle formation on prenne des risques…

Une histoire ...

Une jeune femme du prénom de Rébecca se surprend à défendre sa liberté. Elle ne se doute pas une seule seconde de ce qui l’attend. 

 

Nous découvrons une Rébecca qui puise son autodétermination dans le doute. Au fil des pertes, des désillusions et des trahisons, nous assistons au façonnage de sa personnalité. Elle sera confrontée aux jeux des apparences et des pouvoirs inversés.

 

Il y a fort à parier que chaque lecteur pourra s’identifier d’une manière ou d’une autre à ce destin aussi ordinaire qu’extraordinaire.

Une démarche originale

Dans ce roman, nous explorons la pleine actualité. Cette histoire peut toucher un large lectorat puisqu’elle traite des questions de la responsabilité individuelle et du positionnement dans la société.

 

La particularité de notre démarche naît de notre écriture à deux mains, celles d’un socio-économiste et d’une psychologue. Ce regard croisé, entre les sciences dites rigides et les sciences dites souples, entre le masculin et le féminin, offre au public une clé de lecture atypique.

COUV_Rebecca_front.png

CHF 20.-  / 17 €

13 * 21 cm

344 pages

Le narrateur :
 

Le narrateur est un policier militaire qui a accompli une formation complémentaire de policier civil. Il intègre la volée succédant celle de Rébecca au sein de la même académie.

 

Toujours en exercice, il préserve son anonymat.

Les auteurs :
 

Noa Enrique est psychologue d’urgence.

 

Jonas Foulques est analyste institutionnel.


Tous deux interviennent au quotidien auprès des corps armés, d’ordre et de sanction, ainsi que dans les milieux préhospitaliers.

Documentation :
 

Dans l'ordre chronologique vous trouverez les reportages qui de loin ou de près traitent de la problématique révélée dans le roman Rébecca

Actualités

  • Facebook Classic
  • Icône social Instagram

© 2019 Rébeca le pouvoir du silence